2 sept. 2010

Rêve (texte)

Rêve
Elle est allongée sur l’herbe verte et grasse. Ses yeux se perdent dans l’immensité du ciel tandis que d’enivrantes odeurs de fleurs la saoulent doucement.
Les nuages défilent, changent de formes : voici un oiseau, puis un train, les bosses d’un chameau ou serait-ce les dunes d’un désert chaud comme cette journée d’été.
Une légère brise se faufile entre les arbres, les feuilles bruissent et leur musique la berce. N’entend-elle pas le clapotis de l’eau d’un ruisseau ?
Ses paupières sont tellement lourdes maintenant qu’elle n’est plus très sûre de ce qu’elle entend. Elle est bien, détendue.
Elle ne sent plus la fraîcheur de l’herbe, mais la tiède chaleur du sable fin, sa douceur épouse les formes de son corps, comme la main d’un homme qui façonnerait dans l’argile une statuette à son image.
Son corps est pesant comme s’il était devenu marbre alors que son esprit semble s’envoler avec les mouettes pour naviguer sur les courants du ciel.
Elle repose, libérée des contraintes du quotidien, dans sa solitude joyeuse et paisible.
Elle est ailleurs.
Janvier 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

...