1 avr. 2011

Tendresse... (texte)

Pagaille de peluches
Puzzles, peluches, legos, tout un bric à brac de jouets jonchait le sol de la chambre de Jules.
Il barbotait au milieu de ses trésors déplaçant un robot, redressant un doux lapinou, cherchant la balle du chien de la caserne des pompiers.
Il se noyait presque dans cette marre d’objets hétéroclites et merveilleux lorsque sa mère apparut à la porte de sa chambre.
Elle attrapa le petit chenapan dans ses bras et l’embrassa de tendres baisers en essayant de ne pas penser à l’heure fatidique à laquelle elle devrait ranger cette montagne de jouets dans les diverses boîtes prévues à cet effet.
Elle profitait pour l’instant de la tiède chaleur de la peau de son fils en l’enserrant dans ses bras protecteurs et câlins pour un moment de pure tendresse partagée.
Jules la regarda de ses yeux bleu marine, d’abord surpris par ce sauvetage soudain, puis rassuré par les doux mots de la voix de sa mère.
Il se fondit dans ses bras pour profiter pleinement de cet instant de bonheur grâce auquel il pouvait humer le voluptueux parfum maternel.
1er avril 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

...