11 mars 2012

Le cou (texte)




Avec une tendre et infinie délicatesse
Il laisse glisser sur son cou
Tels des rayons, ses doigts doux,
Chaudes et rose caresses. Tendresse

D’un coucher de soleil sur la mer,
Sur cette peau aux grains subtils,
A la texture veloutée, nacrée. Viril
Mais attentionné, il découvre un désert

Que les pierres parent, tiède, tacheté et coloré sur lequel
D’un geste, tel un vent léger, il dégage ses cheveux.
Ses lèvres se posent sur ce sable, quand un grain de beauté

A ses yeux scintille par sa noirceur. Alerté,
Du plus profond de son cœur, il fait le vœu
De toujours pouvoir caresser un tel…


COU

Mars 2012



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

...