21 oct. 2014

Délivrance acide (Texte)




Acidité
Comme celle d’un citron pressé
Irréelle saveur de son enfance
Dans ce monde étrange
Impossible de déterminer d’où vient cette saveur,
Terrible sentiment de manque
Étrange sensation de manque…

Elle réalise, à cause de contractions abdominales que son estomac réclame ce suc qu’elle laissait glisser dans sa gorge lorsqu’elle croquait naguère ces délicieuses petites pommes sauvages ou encore ces bonbons acidulés. Elle marche seule, lentement, dans les rues sans direction précise. Ses pas sont éclairés par deux énormes soleils deux ellipses jaunes au milieu de l’azur. La cité qui s’ouvre et s’élève devant ses yeux, s’élance vers le ciel comme les ifs des chemins qu’elle empruntait il y a bien longtemps en Italie, mais dans un silence pesant à présent. Où trouver de l’aide ? Personne n’arpente les rues et pourtant il fait bien jour. Les gens de ce monde auraient-ils peur de cette lumière acide, franche et nette ?
Elle poursuit la route bétonnée, longe des portes aux couleurs toutes plus criardes les unes que les autres, les fenêtres où scintillent des éclairs vifs qui finissent par éblouir ses yeux. C’est peut-être de cette blanche lumière sans saveur dont les êtres de ce monde se cachent ?
Tout à coup, il lui semble percevoir une ombre derrière l’une des vitres opaques. Elle se précipite vers la porte correspondante, cherche la poignée, une sonnette, un moyen d’entrer. Rien…
Mais à nouveau et toujours cette saveur acide, saveur qui lui chatouille les lèvres de plus en plus comme une caresse. Elle tape à la porte, tambourine à s’en meurtrir les mains…
« Assez ! » dit-il…
La voix la surprend, grave, au timbre mélodieux. Elle se fige, ne sachant plus que faire. Partir ou recommencer pour que la voix à nouveau l’interpelle. Des minutes blanches passent. Le temps est suspendu, l’atmosphère devient mielleuse, gluante, jusqu’au moment où la porte s’ouvre et la délivre. Elle se jette sur l’ouverture, l’acidité l’enveloppe, se dépose sur sa peau comme une armure. Elle reprend son souffle et suit la saveur. Que va-t-elle trouver ? Peu importe, pourvu que ce soit acide… acide et partagé.
Mimet, 30 septembre 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

...