11 févr. 2015

Le sel de ma vie (texte)


Le sel de ma vie
Une liste de ces petits moments qui font le sel de notre vie... et vous quels sont les vôtres ? 



En vrac et sans hiérarchie, j’aime à dire que ce qui apporte du goût à ma vie, les notes salées de mes journées, sans être exhaustive, sont l’amour de ma fille, la tendresse que j’éprouve lorsqu’elle me demande un câlin, le bonheur de pouvoir passer ma main sur ses cheveux quand elle dort ou de la serrer dans mes bras, de caresser sa peau alors que pendant huit mois je l’ai portée en espérant chaque jour ne pas la perdre,
ce sont les yeux pétillants de mes élèves lorsqu’ils ont enfin compris, après maintes explications, la notion que je leur enseigne,
c’est lire pendant des heures, à en sauter un repas, à oublier le temps qui passe, transportée dans un ailleurs aux milles possibles,
c’est de me perdre dans les lumières orangées d’un coucher de soleil sur la mer,
ou encore d’écouter le son de mes pas dans la neige, le doux craquement des cristaux de glace aussi léger qu’un matelas de plume,
c’est de caresser un chat pour entendre son ronronnement, le sentir envahir mon corps et à l’unisson devenir douceur et nonchalance,
c’est de danser jusqu’à perdre le sens de l’équilibre, me laisser bercer par le boum-boum de la musique techno,
c’est de me laisser surprendre par le « vroum-vroum » d’une voiture à pleine vitesse, d’être grisée par le vent tout en ressentent la peur que la vie pourrait m’échapper,
c’est de réaliser comme les minutes sont essentielles, importantes, même lorsque je m’allonge à l’ombre d’un peuplier en été, écoutant le doux murmure des insectes passant de fleur en fleur, écoutant pépier les passereaux, décodant leurs histoires et me laissant submerger par la musique de leurs plumes,
c’est de me laisser transporter par les cordes de David Gilmour pour parcourir des mondes éthériques, glacials puis arpenter les sons frénétiques du rock pour m’envoler vers de nouveaux horizons,
c’est d’entendre le chant provençal Se Canto résonner à Cappella dans le stade Mayol à Toulon, avoir la peau frissonnante et les yeux en rouge et noir,
c’est de mettre la musique dans ma voiture et chanter à tue-tête pour évacuer mes tensions quotidiennes
c’est lire un conte à des enfants et entendre leur souffle retenu dans l’attente de la fin de l’histoire, les yeux en alerte et le sourire aux lèvres…
Les rencontres amicales, amoureuses sont aussi le sel de ma vie, un soutien inespéré lors d’un déménagement, lorsque la solitude vous ronge et vous écrase, lorsque les problèmes vous semble des montagnes à gravir et qu’un sourire éclaire votre journée, qu’une main tendue redessine un sourire sur vos lèvres…
Alors partager un chocolat intense, un verre de vin rouge ou blanc, marcher dans la forêt en discutant ou en faisant des photographies, redécouvrir un pays, même au pas de course pour mes 40 ans, partir enfin à Venise pour matérialiser des images rêvées en souvenirs dans mon cœur est comme un parchemin où chaque lettre serait un bon moment, où chaque ponctuation serait un grain de sel au milieu de l’amertume ou de l’acidité de certains jours afin que la douceur des minutes et des heures partagées transforme ma vie en un plat aux saveurs variées et surprenantes en écrivant pendant des heures des émotions, des sensations personnelles ou étrangères.

© Claudine Mistral
Février 2015 – Mimet et Auriol

1 commentaire:

  1. Superbe et très vivant au point se se sentir proche de la ou des scènes décrites ... avec fraicheur et brio ...j'aime bcp :) mich

    RépondreSupprimer

...